Sept
14

14 & 15 septembre : journée européenne du patrimoine 2013

Didier Wayne, le 8 septembre 2013

Qui rapportera ses paroles ?

Un hommage des Arts Plastiques et de la musique est rendu par les artistes frondeurs de la Fonderie et leurs invités à Charlotte Delbo, femme de lettre et résistante.

Charlotte Delbo était la secrétaire de Louis Jouvet quand elle décide en 1941 de quitter la troupe pour s’engager en résistance. Arrêtée en 1942, elle sera déportée à Auschwitz le 24 janvier 1943, seul convoi de prisonnières politiques françaises envoyé vers l’indicible. Elles étaient 230, seules 49 d’entre elles reviendront d’entre les morts. Plus tard, car il faut attendre que la mémoire devienne raison, elle fera œuvre littéraire avec de nombreux textes et pièces de théâtre. Pour le centenaire de la femme de lettres et résistante, expositions, projections, textes et musique sont les partenaires de cet événement qui se poursuivra jusqu’à la fin de l’année en différents lieux de la ville.

Quand la 30e édition des journées européennes du patrimoine commémore la loi fondatrice de protection des monuments historiques, une question se pose. L’esprit peut-il composer avec les architectures ? L’humain, sa pensée, ses écrits, et ses combats peuvent-ils faire échos à la pierre et aux vibrations du béton ?

« A la Fonderie, les mémoires s’activent car l’œuvre de Charlotte Delbo participe au patrimoine mémoriel artistique » souligne Agnès Veilhan, plasticienne, membre fondateur de la Fonderie et amie intime de cette femme d’esprit et de lettres, qui propose une manifestation originale, celle du centenaire de sa naissance : un hommage des arts plastiques et de la musique offert par trente artistes réunis sur l’ancien site industriel.

« Apprenez à marcher et à rire. Parce que ce serait trop bête à la fin » écrivait cette femme qui avait connu la disparition des autres presqu’à force de soi !, écrire poème et théâtre pour cesser de parler. « C’est pour moi l’un des plus écrivains du XXe siècle. Son histoire, c’est le bouleversement des sens car le corps reste dans la vérité, une douleur que l’esprit ne peut restituer, elle refusait toutes les commémorations. Le théâtre de cette femme d’écriture et de pensée se rapproche du théâtre antique. Ce n’est plus les mots qui dominent les paroles. Les artistes ont découvert ou redécouvert Charlotte Delbo, une femme totalement humaine, d’une force vitale inouïe. De mes rencontres avec elle je retiendrais un grand nombre de qualités : l’exigence, sa dignité et sa gaieté. Elle demeure selon moi une référence absolue pour les femmes. » Rappelle son amie intime, Agnès Veilhan.

Durant deux jours, les œuvres créées pour le centenaire de sa naissance, parmi elles, un timbre et une série d’art postal de Jean-Michel Vigezzi et une carte postale commémorative de Luc Arignon seront présentés. Des lectures seront proposées par Laurent Grisel et Patrice Cazelles, un récital pour flûte seule sera interprété par François Veilhan « car la musique fait partie du spectacle pour Delbo... » D’autres manifestations et performances ponctueront ces journées.

Didier Vayne

Samedi 14 septembre de 11h à 20h
Dimanche 15 septembre de 12h à 18h
Entrée libre
La Fonderie
23, rue de Neuilly

www.la-fonderie.org

12 septembre
Le vernissage de l’exposition aura lieu à la Fonderie.

8 novembre – 7 décembre
La médiathèque Louis-Aragon organise un hommage avec des tables rondes et signature de la biographie de C. Delbo publiée aux éditions Fayard.

Du 5 au 13 novembre

La MDCVA organise une exposition dévolue aux créations artistiques saluant le centenaire de C. Delbo dans le cadre de Désobéir inimitié par Ohého ! Collectif d’artistes de Fontenay.

Exergue : « Apprenez à marcher et à rire. Par ce que ce serait trop bête à la fin »

JPEG - 97 ko

Partager :       Imprimer Version imprimable de l'article